• Comme chaque année voici mon bilan par discipline.

     

    FRANÇAIS : EDL

    Outils/Méthodes utilisés :

    • Rituel hebdomadaire (phrase du jour) pour la grammaire de phrase (nature/fonction)
    • Rituel hebdomadaire sous forme de défi en binôme soit pour le voca/ortho lex , soit pour l'ortho gram
    • Fiches mémos à coller dans le cahier de rituels au fur et à mesure de l'année (et à colorier éventuellement)
    • exercices de découverte ou d'application de façon ponctuelle en rapport avec le thème de littérature ou bien décrochés (en utilisant le manuel de français)
    • Pour les évaluations je laisse accès aux outils (cahier de rituel), sauf quand je teste la validation de la compétence.

     

    Bilan :

    Le concept du rituel fonctionne bien. Depuis quelques années que je l'utilise sur les 2 ans de 4/3e les élèves sont de plus en plus à l'aise avec la terminologie grammaticale.Les consignes ne les paniquent plus et ils savent utiliser leurs outils. Une grande majorité maitrise le palier 2 pour les items concernant le vocabulaire, et la nature des mots.

    Cependant le rituel phrase du jour est trop long (une heure en fin d'année), les élèves se lassent et je n'arrive pas à travailler suffisamment sur les fonctions

    Les défis ont un grand succès. Les élèves vont facilement vers le dictionnaire et utilisent au mieux leurs outils, à condition d'être en binôme.

    Ils restent cependant assez chronophages (une heure avec la correction). Les élèves sont également encore en difficulté concernant l'orthographe grammaticale lorsqu'ils sont en individuel mais ils sont plus investis lorsqu'ils doivent se relire et sont dans une vraie dynamique de réflexion en groupe.

     

    Conclusion :

    Les rituels "Phrase du jour" seront plus courts, une seule phrase avec nature et fonction (je dois donc revoir ma programmation). Je vais également arrêter d'utiliser l'ardoise car la mise en place est toujours très longue. Si j'arrive à faire se tenir ce rituel en 20 min, je pourrais en faire 2 par semaine.

    Par contre, les élèves auront à faire une phrase en devoir. Il me reste à trouver le format pour ne pas que les élèves rapides puissent faire cette phrase supplémentaire en classe.

    Les défis ortho et voca me conviennent mais je vais revoir l'ordre et le contenu des défis ortho pour que la progression soit plus juste. Il faudrait également que je trouve une solution pour les élèves en grande difficulté (probablement souligner les changements à faire ou couper le texte).

    Je voudrais aussi introduire des mini-rituels sur ardoise pour l'orthographe/conjugaison, sans trace écrite. J'ai fait quelques essais en fin d'année, je continue à y réfléchir.

    Les fiches mémos seront distribuées dès le début de l'année.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Pour aider à retenir les informations du rituel Qui suis-je ? , j'ai créé un petit jeu de cartes qui peut s'utiliser de différentes façons :

    • Façon "réussite" en solitaire ou en petit groupe, on aligne les noms des personnages principaux et le but du jeu est de replacer les autres cartes sous le bon personnage. On peut d'aider du cahier de rituel éventuellement. L'enseignante, passe et valide (ou pas) les réponses.
    • Façon "question pour un champion" en classe entière, l'enseignante tire au sort une carte, le premier qui la replace dans son contexte historique (personnage clé ou époque) a gagné. On peut aussi utiliser les ardoises pour ça.

    En général, je fais des évaluations tous les 4 personnages, donc avant chaque éval, j'ajoute les nouvelles cartes au jeu. Selon les élèves, je peux d'ailleurs alléger le jeu en ne reprenant pas tous les personnages par exemple.

    Avec également la frise chronologique interactive, on brasse et rebrasse les infos et ça fonctionne !! Malgré beaucoup de confusions, les élèves retiennent des noms, des lieux, des dates et en tout cas prennent goût à l'histoire !

    Cliquer sur l'image pour télécharger

    Jeu de révision du "Qui suis-je?"

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • J'ai créé un Pinterest où j'ai recensé des nombreuses ressources utilisables par nos élèves (4ème/3ème essentiellement) en français, HG, mais aussi en culture générale.

    Parfait pour réviser le DNB, de l'école ou de chez soi !

    Attention, cela nécessite de créer un compte pinterest pour un accès aux liens. Vous pouvez créer un compte commun à votre classe éventuellement.

    Sélection d'applis et de jeux pour réviser

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Pas de grandes nouveautés mais des mises à jour surtout en 3ème avec la différenciation des séquences et des évaluations pour ceux qui passent le DNBpro ou non.

     

    A venir, une séquence sur la montée des extrémistes dans l'entre-deux guerres à travers les œuvres de science-fiction Fahrenheit 451 et 1984. C'est un premier essai, j'espère que ça va plaire à mes élèves !

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    3 commentaires
  • « J’aurai jamais dû aller en SEGPA »

    « On nous traite de gogols »

    « C’est une école de fous »

    Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai entendu ce discours de la part de mes élèves. En en creusant un tout petit peu, on constate qu’ils souffrent réellement de cet a priori sur la SEGPA. Ils sont regardés de travers dès que l’on sait où ils sont scolarisés.

    C’est encore pire en EREA, car en SEGPA on peut encore essayer de faire illusion en donnant juste le nom du collège et la classe. Mais peu de gens savent ce qu’est un EREA et nos élèves non plus finalement.

    Un EREA c’est un collège + un lycée pro + un internat (pour certains)

    Un collégien EREA = un collégien SEGPA

    Pourtant ce ne sont pas les seuls à souffrir de « ségrégation » scolaire. Tout le système éducatif est gangréné par cet élitisme. Les filières générales regardent de haut les filières techno qui regardent de haut les filières pro … et les SEGPA regardent de haut les EREA qui regardent de haut les ULIS ou les ITEP, etc…

    On pourrait attribuer cela à l’adolescence qui est une jungle, blabla… Mais cela est également vrai chez les enseignants !!

    Quand je dis à un collègue de primaire ou de secondaire où je travaille, on me regarde d’abord comme si je parlais chinois, puis une fois qu’ils voient de quoi je parle, je me vois gratifiée d’un compatissant « tu as bien du courage… ».

    Quand un remplaçant est nommé dans mon établissement, on croise les doigts pour qu’il vienne et y reste le temps du remplacement !! Parfois, on ne le voit jamais !

    Les nouvellement nommés à un poste en EREA en « poste septembre » sont en général paniqués les premiers jours, rien que par les « on dit ».

    Et pourtant…

    Souvent, ils restent l’année d’après… et s’ils partent, ils partent avec un certain regret… Etonnant non ?

    Et bien non, ce n’est pas étonnant ! Nos élèves ne nous mangent pas tout crus, et oui, on peut ENSEIGNER en EREA ou en SEGPA.

    Bien sûr, ce n’est pas la même chose qu’en primaire. Nos élèves ont souffert de longues années d’échec scolaire.

    Ce n’est pas facile de prendre la mesure de ce que cela veut vraiment dire quand on a soit même fait de longues études, peut-être au pire redoublé une fois au cours de sa longue carrière d’élève.

    L’échec scolaire, c’est le long terme, c’est tout ce qui constitue l’égo d’un enfant qui est renié, ce sont des conflits avec sa famille, des conflits avec ses enseignants, des moqueries et des brimades de la part des autres élèves.

    Pour survivre à l’échec scolaire, un enfant doit se construire une carapace et se trouver une raison à son échec : des raisons extérieures, comme les profs sont nuls, l’école sert à rien, c’est parce qu’on m’a envoyé dans cette école, j’avais des problèmes dans ma famille, etc…

    Parfois ils ne se trouvent pas de raisons extérieures et leur estime de soi devient nulle.

    Souvent c’est un mélange des deux…

     

    Alors en classe, la priorité ce n’est pas le contenu, pas au début en tout cas ! Selon moi, les connaissances, les compétences scolaires qu’on nous demande de leur transmettre (tiens, c’est une bonne remarque ça, quels contenus d’ailleurs ? le programme du collège ? du cycle 3 ? du socle ? palier 2 ? palier 3 ?), ne sont que des supports pour recréer une estime de soi et une confiance en l’école.

     

    Alors que faire ??

    Pour moi, la première chose à faire, c’est d’apprendre à connaitre ses élèves. Je ne veux pas dire par là qu’il faut lire leur dossier (souvent dramatiquement vide) ou leur faire remplir des fiches de renseignements à tout va. Il faut les faire parler, discuter avec eux, créer un climat d’écoute et de confiance et cela veut parfois dire parler de soi aussi, parce que c’est ça une relation. Et si c’est trop compliqué en groupe classe, alors il faut trouver d’autres moments, après le cours, à la récréation, en sorties… Apprendre à les connaitre, eux les personnes et non pas les élèves, et ne pas les juger. Apprendre à connaitre leur personnalité et non pas nécessairement leur passé.

    Ensuite, varier les méthodes, en fonction des élèves, voir ce qui marche ou non, tester, tout en gardant un éternel optimisme face aux élèves : « ça va marcher ! Tu vas y arriver, ya pas de raison ! »

    Rester également positif face aux échecs. Bien sûr en privé on rage quand on corrige une évaluation ratée, mais au moment de leur rendre, il faut se garder de les culpabiliser. Même s’ils jouent la comédie du « j’m’en fous d’t’façon ! », vous pouvez être sûr que ça ne leur fait pas plaisir. On cherche des explications : pas compris, pas assez révisé… sans les enfoncer ! Et on propose des solutions : étude, fiche de révision explicite, devoir de rattrapage, soutien individuel lors de la proche évaluation… Et on se remet aussi en question, si la moyenne de la classe est trop basse, c’est peut-être aussi les évaluations qui sont trop difficiles ou qui ne correspondent pas vraiment à ce qui a été travaillé en classe.

    Face à un élève en grande difficulté, il m’est arrivé de le surnoter ou de l’aider beaucoup durant l’éval, afin qu’il ait une bonne note ! Et la conséquence de cette bonne note, ça a été une autre bonne note, mais celle-ci avec beaucoup moins d’aide. La réussite crée la réussite !

    Alors, certes, on dépense de l’énergie, certes, on essuie parfois des échecs et on doit très souvent se remettre en question, mais enseigner en SEGPA/EREA, ce n’est pas une punition ! C’est même selon moi une chance ! Une chance de laisser tomber nos a priori élitistes et de s’ouvrir aux autres. De découvrir des jeunes passionnants et qui ne demandent en fait qu’à apprendre, des jeunes qui ont gardé leur curiosité d’enfants et avec qui de réels liens se créent.

    Alors, oui je râle, oui ils me fatiguent, mais je ne changerai jamais de métier !

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    14 commentaires