• EREAs en Danger

    Je vous ai déjà expliqué ce qu'était un EREA.

    Pour résumer, c'est un établissement d'enseignement adapté dont la spécificité (voire l'unicité) est l'internat éducatif. Cet internat est encadré par des professeurs des écoles (PEI), qui font les nuits, les repas, mais aussi et surtout le suivi des études, des activités parascolaires et éducatives, et qui par ces activités contribuent à l'ouverture culturelle et à l'acquisition de savoirs-être essentiels à un futur citoyen. Ces activités sont réfléchies, adaptées, construites, évaluées, bref le travail d'un PE.

    Mais alors pourquoi font-ils les nuits, les repas, les récrés ?

    Jusqu'à présent, la logique était de privilégier des interlocuteurs stables et une continuité entre les temps d'activités éducatives et ceux de repos et de loisirs. Cela permettait qu'un lien se crée entre adultes et jeunes. Lien qui est le garant d'une certaine sérénité dans un établissement comme un EREA. Les PE classe côtoient, coenseignent et communiquent avec les PEI : une congruence importante.

    Pourtant, dans de plus en plus d'académies, des renouvellements du personnel sont en train de s'opérer. Des PEI remplacés le plus souvent par des ASEN ou AED, qui sont donc moins payés, n'ont pas de formation spécifique à leurs missions et ont des contrats précaires. L'idée sous-jacente étant de limiter de plus en plus l'utilisation de PE pour des missions qui ne sont pas purement pédagogiques.

    Si la logique de base est compréhensible, il s'avère qu'un EREA est une structure très fragile et que son équilibre risque d'être menacé par la précarité de nouveaux personnels ainsi que par leur manque de formation et leur absence des temps de concertation.

    De tels bouleversements ne peuvent avoir lieu sans le soutien de la communauté éducative des EREAs.

    Je vous encourage donc à suivre l'évolution des actions menées et à participer aux échanges sur cette page FB qui regroupent plusieurs EREAs en danger.

     

    EREAs en Danger

     

     

     

     

     

    « Etymologie4ème : Les Misérables »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Cecilez
    Mercredi 25 Mai 2016 à 18:13

    Et oui, la différence coûte toujours plus chère... encore que, si on considère sur le long terme...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Mercredi 25 Mai 2016 à 18:20

    Voilà !! Même chère, la prévention reste plus abordable !!

    3
    Cecilez
    Mercredi 25 Mai 2016 à 18:39

    C'est bien ce que je voulais dire yes

    4
    Pomme
    Mardi 30 Août 2016 à 19:27
    On voit que vous ne connaissez pas l'EREA de Taden, dans le 22 ! Une machine à détruire les adultes et les jeunes ! Aucun cadre, une gouvernance désastreuse, une extrême violence et des jeunes à la dérive. Il vaudrait mieux fermer cet établissement toxique ! Non, tous les EREAS ne se ressemblent pas !
    5
    Mardi 30 Août 2016 à 21:55
    Si je le connais. S'il ne fonctionne pas correctement c'est en effet un problème d'équipe mais je maintiens que la structure quand l'équipe est volontaire et travaille en cohérence, est une structure utile pour ce public.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :